Concours de la résistance et de la déportation 2016-2017

LA NEGATION DE L’HOMME DANS L’UNIVERS CONCENTRATIONNAIRE NAZI 1933-1945

Deuxième catégorie : classes de tous les lycées (et assimilées) - réalisation d'un travail collectif pouvant prendre différentes formes et portant sur le thème annuel.

TRAVAIL REALISE PAR LA CLASSE DE PREMIERE L1 DU LYCEE CLEMENCEAU DE NANTES

« Paulette »

1. NAISSANCE DU PROJET ET TRAVAIL PREPARATOIRE

En début d’année scolaire, notre professeur nous a proposé de participer au Concours National de la Résistance et de la Déportation. Cela a même fini par constituer une sorte de fil conducteur de notre année de première en histoire. En effet, dès le début de l’année, un voyage sur les lieux de mémoire des deux guerres mondiales fut envisagé. Notre année a donc été rythmée par un certain nombre de temps forts liés à ce projet de voyage et au thème du CNRD :

 

  • La lecture de lettres (dont une imaginée par l’un d’entre nous) de poilus de Verdun lors de la cérémonie de commémoration du 11 novembre au lycée.
  • Deux échanges riches en émotion et très marquants avec deux enfants de déportés: Thomas Ginsburger-Vogel, fils de Marie-Claude Vaillant-Couturier, résistante déportée à Auschwitz puis à Ravensbrück ; puis
  • Guy Le Floch, fils de Pierre Le Floch, arrêté par le SPAC à Rezé en 1942, et déporté notamment à Mauthausen.
  • L’exposition sur le thème du concours réalisée par les Amis du Musée de la Résistance de Châteaubriant, installée au lycée début décembre.
  • Une représentation de Verfügbar aux enfers, l’opérette écrite par Germaine Tillion à Ravensbrück en 1944, par le Théâtre de l’Entracte, suivie d’un échange en classe avec Henri Mariel (en janvier), qui monta également l’oeuvre au théâtre Graslin en 2011. Ce fut l’occasion d’une réflexion plus approfondie sur la forme précise du projet: comment représenter les camps nazis ? comment traduire la déshumanisation ?
  • Début février, un ciné-rencontre au lycée, organisé par l’AMRC, avec la projection du film Nuit et brouillard d’Alain Resnais. Parallèlement, nous avons démarré des recherches au CDI du lycée, par groupes, pour approfondir le cours sur les totalitarismes et sur la Seconde Guerre mondiale, en axant nos recherches sur l’idéologie nazie, sur la définition des termes du thème 2017, sur les différents types de camps et leur fonctionnement, mais aussi sur les formes de résistance à la négation de l’homme. Certains élèves ont également lu des oeuvres écrites par des rescapés des camps, qu’il s’agisse de témoignage (Robert Anthelme) ou de littérature (Imre Kertész). Nous avons ainsi découvert une oeuvre étonnante, On a besoin d’un fantôme, sorte de « bouffonnerie » écrite clandestinement par Hanus Hachenburg, adolescent de 13 ans interné dans le ghetto de Terezin et assassiné à Birkenau en 1944.

 

D’ici quelques jours, précisément la semaine de remise du projet, nous serons à Verdun, Péronne et au Struthof, ce qui nous conduira donc au KLNatzweiler, ce qui constituera en quelque sorte un aboutissement de ce travail.

2. LA DEMARCHE ET L’ELABORATION DU FILM

Notre choix s’est assez rapidement porté sur une pièce de théâtre, pour intégrer le plus d’élèves, en utilisant les différentes compétences des 25 élèves de la classe : danse, musique, chant, écriture, comédie, mixage,

etc…

Nous avons choisi de suivre l’itinéraire d’une jeune femme, Paulette, à travers les recherches de sa petite-fille Héloïse, à la fin des années 1990 (l’événement déclencheur étant le début du procès de Maurice Papon et les polémiques suscitées). Peu à peu, Héloïse découvre ce dont sa grand-mère n’a encore jamais parlé, son arrestation pour faits de résistance, son emprisonnement à Compiègne puis sa déportation à Ravensbrück en 1943.

Nous avons choisi Ravensbrück parce que c’était un camp destiné aux femmes, ce qui correspondait mieux à notre classe, très féminine, ce qui nous a paru plus facile pour les « rôles » dans la pièce que nous voulions écrire.

Il fut parfois compliqué de se mettre d’accord sur les éléments de l’histoire, sur certains points de mise en scène. Les dernières semaines furent également assez tendues, entre la remise des TPE, les examens blancs, le prix littéraire Pantagruel auquel nous participons. Nous n’avions pas forcément conscience des problèmes pratiques et techniques à résoudre, ni du temps nécessaire à un tel projet.

3. NOS SOURCES PRINCIPALES

Ouvrages :

- Robert Anthelme, L’espèce humaine, Paris, Gallimard, 1957.

-Johann Chapoutot, Le nazisme, une idéologie en actes (La Documentation française, documentation photographique n°8085, janvier-février 2012)

- Ida Grinspan/B. Poirot-Delpech, J’ai pas pleuré, Paris, Robert Laffont,

2003.

- Hanus Hachenburg, On a besoin d’un fantôme, Editions Rodéo d’âme,

2015.

- Imre Kertész, Etre sans destin, Actes Sud, 2009.

- Primo Lévi, Si c’est un homme, Pocket, 1988.

- Marceline Loridan-Ivens, Et tu n’es pas revenu, Grasset, 2015.

- David Rousset, L’univers concentrationnaire, Les Editions de Minuit,

1965.

- Germaine Tillion, Ravensbrück, Editions du Seuil, 1973 et 1988 ; et Une opérette à Ravensbrück (Verfügbar aux enfers), La Martinière,

2005.

- Simone Veil, Une jeunesse au temps de la shoah (extraits d’Une vie),

Robert Laffont, 2010.

Articles ou brochures :

- Marie-Josèphe Bonnet, Les Françaises à Ravensbrück, article du site de

l’AFMD

Films :

- Nuit et brouillard, Alain Resnais (1956).

- Shoah (exraits), Claude Lanzmann, L’Eden cinéma, CNDP, 2001.

Sites :

- Canopé, portail du CNRD

- Musée de la Résistance de Châteaubriant

- Musée de la Résistance en ligne (déportation de répression)

Chant

- Fils de France, chanson de Damien Saez (2002, Wagner Music), interprétée par Maïwen et Manon.

- Les enfants Paradis, chanson de Damien Saez (2016), interprétée parCorentin et Jeanne.

24 mars 2017, les élèves de la première L1 du Lycée Clemenceau de Nantes :

Julie, Corentin, Louis, Léo, Héloïse, Jeanne, Lou, Emile, Paol, Maïwen, Elise,

Adèle, Marion, Maroua, Manon, Léa L.B., Marion, Julia, Kenza, Emma, Tifany,

Denis, Capucine, Mathilde, Léa V.

Remise de prix du concours de la résistance et de la déportation 2016-2017