Actualités

Témoignage à propos de Robert Clabecq


Quelques mots sur l'Amicale des Anciens Eleves

Cher(e) Camarade

Vous faites actuellement ou vous avez fait vos études au lycee Clemenceau ou au Lycee Jules Verne à Nantes.

Savez vous qu'il existe une Amicale rassemblant les anciens Eleves de ces deux établissements?

Fondée le 1er Décembre 1867, la Société Amicale des Anciens Eleves Du Lycee De Nantes, fut reconnue comme établissement d'utilité Publique par un décret du 11 Mai 1859. 

Il n'existait alors qu'un lycee à Nantes,crée en Mai 1808, auquel, beaucoup plus tard fut annexe un externat, "Le Petit Lycee", ouvert en 1881 dans le jardin des Apothicaires au centre de la ville.

Le Grand Lycee, reconstruit et inauguré le 17 octobre 1892, prit en 1919 le nom de l'un de ses plus illustres anciens élèves, Georges Clemenceau. Le Petit Lycee, quant à lui, attendit 1955 pour prendre le patronyme de Jules Verne.

Lorsqu'a La rentrée de 1957 le nouveau Lycee Jules-Verne devint autonome, La Société Amicale devint "Société Amicale des Anciens Eleves des Lycees De Nantes".

Depuis, de nombreux autres Lycees ayant été créés à Nantes, une nouvelle modification de notre Amicale a été acceptée par le Ministère De l'intérieur. Elle a désormais pour nom "Amicale des Anciens élèves des Lycees Clemenceau et Jules Verne de Nantes ".

Mais si le nom de notre Amicale change, ses objectifs définis par l'article premier de ses statuts, demeurent toujours les mêmes.

L'Amicale a pour but principal d'entretenir entre ses membres les relations d'amitiés qui se sont formées au Lycee  et, de développer des actions de solidarité envers les anciens condisciples, les anciens professeurs ou leurs familles qui pourraient avoir besoin d'aide.

Elle peut également apporter son soutien aux eleves de nos deux Lycees par l'octroi de bourses ou prêts destinés à leur permettre de poursuivre des études supérieures.

Elle peut par ailleurs, participer aux frais occasionnés par les voyages d'études, actions de formation, manifestations culturelles ou sportives, organisés au profit des eleves.

Elle peut aussi récompenser les eleves qui concourent au Prix "Étincelle "destiné à promouvoir l'esprit de créativité ainsi que les projets d'un ou plusieurs eleves.

Enfin, elle peut apporter sa contribution à toute action ayant pour objet de retracer l'histoire des Lycees Clemenceau et Jules Verne ou de promouvoir leur notoriété.

 

Pour mener à bien ces diverses actions notre Amicale a pour ressources:

- Le produit des cotisations annuelles de ses membres, dont le montant actuel est de 25€ pour les Actifs et retraites, De 7€ pour les camarades en situation financière précaire. Depuis  la rentrée 2016, l'adhésion est gratuite pour une durée de trois années pour tout jeune  bachelier "ancien "eleve de l'un ou l'autre des deux établissements qui manifeste sa volonté de nous rejoindre.

- Le produit des dons et libéralités effectués par des cotisants.

-Enfin et surtout les revenus des legs consentis à l'Amicale et notamment, de  celui qui a été fait après la seconde guerre mondiale par Le Docteur Paul Patron l'un de ses anciens Vice Présidents.

 

Le détail de nos activités est publié dans notre bulletin d'informations annuel "LE VIEUX BAHUT " qui diffusé au Printemps retrace la vie de nos grands anciens, donne des nouvelles des uns et des autres, ainsi, que des informations sur la vie de nos Lycees.

Bien sur notre Amicale dispose également d'un site Internet :

"Le vieuxbahut.com" qui annonce les manifestations du moment, ou illustre les évènements passés de l'année et vous invite à parcourir ses chroniques d'actualités thématiques.

Un formulaire de contact est disponible sur le site vous permettant de poser toute question utile, vous nous écrivez, nous vous répondons!

Notre Assemblée Generale est suivie d'un repas servi dans l'un des restaurants de nos deux Lycees, se tient chaque année courant du mois de Mai.

Le siège de notre association est à Nantes et son adresse postale au Lycée Clemenceau, 1 rue Georges Clemencau 44000 Nantes.

Certes, lorsque l'on quitte le lycee pour pour poursuivre des études supérieures dans d'autres établissements, facultés ou grandes Écoles, il est normal de vouloir "souffler" et surtout si l'on s'éloigne de Nantes, d'oublier rapidement ces années d'études secondaires. Certes, en ces périodes difficiles les premiers pas dans un nouveau métier sont préoccupants.

Pourtant le passé demeure et les souvenirs de jeunesse ne s'effacent jamais. Ce sont Même les meilleurs et on y revient toujours...

Alors pour rester fidèles à vos camarades de jeunesse, n'attendez pas! Regroupez  vous avec eux au sein de l'Amicale et participez ainsi en assurant le lien avec les générations qui vous ont précédés et celles qui vous suivront, au maintien des traditions d'amitié et d'entraide qui se sont forgées sur les bancs de nos Lycees.

Vous serez les bienvenus parmi nous, L'Amicale  fière de son histoire, forte de son expérience et de ses célébrités est tout le contraire d'un simple club de nostalgiques , elle se veut "un relais vers le Futur".

Bien amicalement.

Pour le bureau de l'Amicale

Le President : D.BOREL

 

 

Bonne Année 2017

Le petit Français, Françoise Moreau, éditions Diabase. 

Le roman débute en 1840 par trois lettres de François qui quitte Nantes pour l’Espagne, où il espère retrouver l’homme qu’il recherche. Puis, soudaine ellipse, nous voici dans une riche demeure andalouse où vit Consuelo, au prénom à la George Sand. Il y a son mari, Juan Lumbreras, un homme plus âgé, généreux, héros de la lutte d’Indépendance contre Napoléon, qui reste à l’écart de l’actuelle guerre civile. Cette belle jeune femme affublée d’un pied bot mène une existence solitaire. Elle se réfugie dans le rêve et le souvenir des confidences de sa sœur qui lui détaillait les malheurs des années 1810, l’assassinat de leur père favorable à la Révolution et à Napoléon. Derrière l’apparence lisse de sa vie, l’on devine un personnage complexe : n’a-t-elle pas épousé cet homme du camp adverse sans que cela ne semble provoquer de conflit intérieur ? Elle s’est accommodée des conditions de Juan pour ce mariage. C’est à ce prix qu’elle a pu laver la honte de sa disgrâce physique.

L’arrivée du petit Français est le cœur dramatique du roman, elle ramène le vent de l’Histoire du côté de la France et renoue le récit là où Eau-forte l’avait laissé, sur la recherche du père. Il est beaucoup question de filiation dans ce roman. Construite de façon très maîtrisée par Françoise Moreau, l’écriture porte le récit jusqu’à son point d’orgue, la demande de Juan à Consuelo et François. Demande troublante en ce que c’est le mari qui est l’ordonnateur du désir des autres. Du désir propre de Consuelo ou de François, nous ne saurons rien. De bout en bout triomphe une expression indirecte, souvent faite de non-dits. La clôture du roman l’illustre avec les trois lettres sans échange, en miroir des premières : Consuelo ferme la parenthèse de sa liaison avec le petit Français, l’existence plus convenue reprend. Belle suture d’un roman foisonnant.

 Marie-Hélène Prouteau

Trois livres sont parus aux Editions de L’œil ébloui, nouvelle maison d’édition nantaise.

 

La Marelle, septième roman de Marie-Hélène Bahain, auteure connue de la région nantaise, est centré autour d’Hélène. Cette petite fille ne sait rien encore de la vie, des choix des grandes personnes. Pourquoi l’a-t-on placée chez ces vieilles demoiselles ? Il est des choses que l’on ne peut approfondir à cinq ans. Heureusement, le jeu de la marelle offre des moments d’extase merveilleuse. Pour ce cœur d’enfant qui cherche à sortir de sa solitude, tout est fait d’approches timides, d’élans retenus. La romancière sait les peindre avec une très grande délicatesse.

Maritimes de Thierry Bodin-Hullin se présente comme une suite de petits tableaux océaniques, sous forme de prose poétique. On y entend la voix de quelqu’un qu’accompagne la mer, celle de Bretagne, du Portugal, d’Irlande ou de Grèce. Mon pays, c’est la mer, pourrait-il dire. Il en évoque le fracas, le mouvement incessant mais aussi d’immuables éléments, les ports, les digues, les îles dessinés dans les linogravures de Christophe Bodin-Hullin. La mer devient paysage intérieur. L’on est frappé de la fluidité sonore de ces poèmes qui roulent au gré des marées et des vents, tant la voix est juste et personnelle.

Le Flacon est un roman qui se passe sur une journée. Ce mardi matin, Madame est à sa toilette, aidée de sa servante Joséphine et, l’après-midi, a lieu l’habituelle réception mondaine où elle reçoit ses amies et le colonel. Par-delà la comédie sociale et ses petites vanités, se devinent de subtiles relations entre la vieille dame et sa servante, avec le colonel aussi. Jean-Paul Andrieux nous offre une écriture toute en vibrations et en non-dits. L’unité en est le parfum qui, d’un personnage à l’autre, diffuse délicatement ses touches. Un récit sensible, épuré, très maîtrisé.

Marie-Hélène Prouteau

Conférence de Yves Horeau

Conférence de Yves Horeau

Jules Verne un lycée dans la course en tête 

Photo prise devant le perron du Lycee

Lycee Jules Verne

  • Jeudi 10 Novembre
    Sur invitation de Mr DOUAGLIN Proviseur participation à la Ceremonie de remise des Diplômes du baccalauréat 2016.
    Rencontre avec les lauréats pour susciter leur adhésion ( gratuite de cotisation durant trois années) 
  • Jeudi 15 Décembre à partir de 18h15
    Remise du Prix Thery 

Lycee Clemenceau

  • Jeudi 10 Novembre
    à partir de 17h30 Ceremonie protocolaire du 11 Novembre dans la Cour d'honneur du Lycee.
  • Samedi 19 Novembre
    de 09h à 12h00  sur invitation de Mme RAGUIDEAU Proviseur participation à la Ceremonie de remise des Diplômes du Baccalauréat 2016,
    Rencontre avec les lauréats pour susciter leur adhésion (gratuite de cotisations durant trois années)
  • Mars 2017 
     (Date en cours de confirmation ) Conférence de Jean Guiffan (suite) Histoire de  de la Vie Politique Française en chansons de 1945 à Nos jours.
  • Samedi 20 Mai 2017
     Assemblée Générale statutaire et Fête de l'Amicale.

 

C'est avec beaucoup d'émotion

HERVÉ 10 straed Kergudon. SAINT CADOU 29450 SIZUN

 

HERVÉ 10 straed Kergudon. SAINT CADOU 29450 SIZUN

C'est avec beaucoup d'émotion (et de satisfaction) que je retrouve dans un livre les Chroniques Brévinoises de Michel le Bras, un dessin que j'avais fait en... 1972 ou 1973!!! lorsque je travaillais comme pontonnier sur le parking du bac de Mindin à... St Brévin (j'y ai travaillé comme étudiant 8 mois sur cinq années...). J'avais donné ce dessin à la Dubout pour une exposition et c'est amusant de le retrouver après tant d'années. C'est aussi beaucoup d'émotion parce que mon père était le capitaine du bateau ici caricaturé. Merci à Gilbert Peron qui me l'a signalé (il a été mon prof de biologie quand j'étais au lycée Clemenceau... cela ne nous rajeunit ni l'un, ni l'autre...);

Patrick


Conférences sur la chanson

Suite à ma conférence musicale à Clemenceau, je me permets de porter à votre connaissance que je vais faire cinq cours sur « Histoire et chansons françaises » à l’Université permanente de Nantes les samedis 7, 14, 21, 28 janvier et 4 février 2017 . Début des cours à 10 h (durée : 1 h 30).

Jean Guiffan


Vitrines de l'Amicale Journées du Patrimoine 2016 au Lycee Clemenceau



Ce que nos lycéens attendent de l’Amicale ?

 

Chloé de Sandro        Luka de Silva

 

 


 

 

8 novembre 2015, lycée Jules Verne, remise du Prix THERY.

- Chaque année l'Amicale récompense par ce Prix le meilleur élève en maths du lycée Jules Verne.

Prix thery

Prix thery